fil rss

Novembre 2009 | n° 277
Raconte-moi ta langue

Que la familiarité avec le langage de l’école puisse influencer la réussite des élèves, voilà qui ne fait plus guère de doute depuis plusieurs décennies déjà, de nombreuses recherches ayant mis en évidence toute l’importance de ce rapport de connivence avec les référents culturels enseignés à l’école. D’où l’enjeu de valoriser la langue et la culture d’origine. Car l’enfant doit pouvoir considérer sa vie à la maison et à l’école comme partie d’un même univers.


Sommaire
[Édito] Raconte-moi ta langue(*)
Nathalie Caprioli

Madame Jamila donne des cours de Langue et culture d’origine (LCO) dans une école maternelle de Bruxelles qui compte vingt-quatre nationalités. “Par mon travail, je cherche à changer le regard qu’on a l’habitude de porter sur la langue d’origine des enfants. En général, on croit que parler arabe ou turc est un obstacle au bon cheminement scolaire. Mais d’après de nombreuses études en linguistique et en pédagogie, et sur base de mon expérience, j’observe au contraire que la connaissance de sa langue maternelle peut être un atout.”

La vraie langue étrangère est la langue écrite
Silvia Lucchini

Comment pouvons-nous expliquer les difficultés scolaires des élèves d’origine immigrée, des minorités linguistiques de manière générale? Que savons-nous à ce propos? Bilan et perspectives pour poursuivre les efforts de recherche.

Ce que parler (à l’école) veut dire
Jean-Louis Siroux

En tant que telle, la thématique du rôle joué par le langage dans le contexte scolaire n’a rien de bien original. Que la familiarité avec le langage de l’école puisse influencer la réussite des élèves, voilà qui ne fait plus guère de doute depuis plusieurs décennies déjà. De nombreux travaux, depuis P. Bourdieu et J.-C. Passeron (1970) jusqu’à B. Lahire (1993), en passant par B. Bernstein (1975) ou W. Labov (1972), ont mis en évidence toute l’importance de ce rapport de connivence avec les référents culturels qui sont enseignés à l’école.

Traducteurs-interprètes “nés”
Jean-Pierre Pisetta

La traduction-interprétation est un métier à la portée des tout-petits. Exécutée d’instinct, elle peut faire partie de leur quotidien sans même qu’ils prennent conscience des compétences dont ils font preuve. Valoriser ces compétences naturelles, n’est-ce pas poser une pierre à la construction du vivre ensemble?

MENA : professionnaliser l’accompagnement scolaire
Dany Crutzen

Le Centre de Formation de la Fédération des CPAS (UVCW) construit sur trois ans, en coordination avec le Centre MENA Les Hirondelles du CPAS d’Assesse et le Centre MENA El Paso du CPAS de Gembloux, un plan de supervision et d’élaboration d’outils pour professionnaliser l’accompagnement scolaire des mineurs étrangers non accompagnés.

Bolivie, au pays de l’interculturel ?
Pascal Montoisy

Enseigner les langues indigènes est un acte politique et social de reconnaissance des populations indigènes. À travers un programme d’éducation interculturel dans les Terres-Basses, qui incluent toute la partie orientale de la Bolivie, l’auteur, linguiste et pédagogue, montre comment la langue devient un pouvoir pour soi et pour sa communauté.

[Bon tuyau] La philo expliquée aux enfants
La rédaction

“Philéas et Autobule”, quels drôles de noms pour ces enfants qui posent un regard vif sur le monde qui les entoure et qui ne cessent de le questionner. Tous les deux mois, on retrouve ces philosophes en herbe dans la revue éponyme éditée par le CAL (Centre d’action laïque).

Écrivain albanaise en version française
Safet Kryemadhi

“Chez plusieurs peuples primitifs existait la superstition que si l’on arrivait à appeler une sorcière par son propre nom, elle perdait son pouvoir maléfique, et cela arrive presque avec l’écriture: la souffrance nommée par des mots alignés les uns après les autres perd de son volume nocif. De ce point de vue, l’écriture a un effet thérapeutique, elle libère...” Cette observation de Bessa Myftiu pourrait servir d’exergue à son œuvre littéraire.