fil rss

Octobre 2017 | n° 337
Bruxelles : terre d’accueil ?
Ce dossier prolonge l’exposition "Bruxelles : terre d’accueil ?" qui se tiendra au Musée Juif de Belgique jusqu’au au 18 mars 2018. Nous y présentons le regard d’experts issus de disciplines aussi variées que le droit, la géographie, la sociologie, la philosophie, l’histoire et l’archivistique, éclairant des enjeux aussi essentiels que les politiques d’asile ou les dynamiques spatiales au sein des 19 communes.

Sommaire
Bruno Benvindo et Pascale Falek-Alhadeff
Bruno Benvindo et Pascale Falek-Alhadeff
184  nationalités se côtoient aujourd’hui à Bruxelles. L’exposition "Bruxelles : terre d’accueil ?" qui se tient au Musée Juif de Belgique du 13 octobre 2017 au 18 mars 2018, retrace la manière dont l’ancienne capitale du Brabant s’est transformée, en moins de deux siècles, en ville-monde.
"Maudit soit celui qui fausse le droit de l’étranger…"
Thomas Gergely
L’exposition "Bruxelles : terre d’accueil ?" se tient au Musée Juif de Belgique.
En toute cohérence avec l’éthique juive qui défend et protège l’étranger, quelles que soient sa religion et son origine.
Le droit des étrangers : une évolution en zigzag
France Blanmailland
Si la Belgique de 1830 affirmait très clairement son caractère libéral à l’égard des étrangers et de leurs droits, la politique en la matière a connu jusqu’à aujourd’hui des avancées et des reculs en fonction des contextes socio économiques et politiques. Focus sur le regroupement familial et l’asile.
Etudier les migrations contemporaines
Andrea Rea
En Belgique francophone, où en sont les recherches sur les migrations ? Quels sont les thèmes à l’agenda (notamment des commanditaires – politiques ou institutionnels), quels sont les thèmes en friche ?
Quelles populations dans quels quartiers ?
Entretien avec Gilles Van Hamme
Dès les origines du Bruxelles médiéval, la bourgeoisie et l’aristocratie se sont installées vers l’est, et les ouvriers vers l’ouest, dessinant ainsi une fracture sociale et territoriale. Aujourd’hui, comment se répartissent les populations par quartier ? Qui entre, qui sort ? Rencontre avec Gilles Van Hamme, chercheur à l’IGEAT-ULB, l'Institut de gestion et d’aménagement du territoire.
Une immigration espagnole gravée sur vinyle
Nathalie Caprioli
C’était au temps où les restaurants espagnols des Marolles palpitaient au son de guitares flamenco, dans les années 1960-1980. Tous migrants, plombiers ou maçons la journée, ils revêtaient leurs habits de concert pour réchauffer le cœur des clients avec leurs chansons sur le pays laissé derrière eux. Ce qu’il reste de cette époque ? Le son crépitant typique d’une collection de vinyles qui nous fait revivre cette histoire d’un quartier marqué par ses migrants.
Oser se perdre dans Bruxelles
Vanessa Vindreau
Comment prendre ses marques dans une ville inconnue ? Et si se sentir accueilli était aussi une question de prise de repères ? En partant de la subjectivité de jeunes primo arrivants ("Bruxelles est moche"), une enseignante lance un projet d’exploration de la ville pour qu’ils y trouvent leur place.
Pourquoi part-on ?
Christine Kulakowski
Migrants, primo arrivants, demandeurs d’asile, réfugiés, immigrés, terroristes potentiels… Une confusion de termes distincts visant à les discréditer ? Les amalgames aujourd’hui sont sévères et pesants. Mais ce qui interroge avant tout, c’est le fait d’ignorer les causes de départ de ces immigrés.
L’accueil à Bruxelles : Un puzzle institutionnel complexe
Jonathan Unger
A Bruxelles, il en va des politiques d’accueil comme du reste : il n’est jamais simple de s’y retrouver. La répartition des compétences rend en effet les choses complexes quand il s’agit de comprendre qui accueille qui, sans parler du comment...
Le tabou colonial belge à l’école : où en est-on ?
Pascaline Adamantidis
S’il est habituel de dénoncer la persistance des stéréotypes coloniaux dans le sort réservé aux personnes issues de l’immigration, considérer que certains flux migratoires soient les conséquences de la colonisation relève encore du tabou. Interroger le lien entre immigration et colonisation, c’est interroger les multiples raisons pour lesquelles la Belgique ne parvient pas à assumer son passé colonial. Un pays enseigne à l’école l’histoire qu’il est capable de se raconter.
débutprécédent12suivant fin