fil rss

Octobre 2007 | n° 256
MusulWOman

La MusulWOman, c’est un peu comme la SuperWOman de l’islam, celle par qui le scandale des versets féministes pourrait advenir. Ce que questionne la MusulWOman est bien la place des femmes dans l’islam, leur accès à la relecture des textes sacrés et à des fonctions d’autorité religieuse. Une nouvelle fois, on constatera que l’islam unique et univoque n’existe pas, car au Maroc, en Indonésie, en Afrique du Sud, au Canada ou en Belgique, soit dans des contextes majoritairement ou minoritairement musulmans, sécularisés (un peu, beaucoup voire passionnément), les réalités et les pratiques sont différentes, et les réponses également.


Sommaire
[Édito] MusulWOman
Massimo Bortolini

La MusulWOman, c’est un peu comme la SuperWOman de l’islam, celle par qui le scandale des versets féministes pourrait advenir. C’est aussi la féministe d’un autre monde. Car, allez!, féministes musulmanes, ça existe ça? À entendre certaines réflexions, on pourrait en douter. Et pourtant, elles existent, nous en avons rencontré. Nous pourrions ajouter que nous avons même rencontré des féministes musulmanes heureuses. Quoique parfois déboussolées par l’image d’elles qui, a priori, circule.

Que veulent-elles ?
Jamila Zekhnini

Quelle serait la voie la plus constructive permettant à chaque musulmane de s’approprier le message de l’islam loin des manipulations idéologiques? Voilà en résumé la question à laquelle tentent de répondre certaines femmes aujourd’hui. Elles déconstruisent les stéréotypes largement diffusés et alimentés par les médias grand public tout en veillant à aborder les questions liées aux femmes. Mais attention, sans nourrir les stéréotypes à leur tour.

Le féminisme islamique revisité
Margot Badran

Féminisme islamique: qu’est-ce à dire? Qui sont-elles, ces exégètes qui revendiquent une lecture active du Coran? Les féministes musulmanes engagées cherchent à établir la justice et l’égalité. Répandu rapidement à travers le monde entier, leurs mouvements connaissent un succès indéniable, mais suscitent aussi la controverse et dérangent…

Qui prépare les sandwiches ?
Entretien avec Amel Boubekeur

Amel Boubekeur, doctorante en sociologie, étudie les transformations de l’islam politique. Elle observe que, dans les mutations en cours et à venir, le féminisme musulman réinvente un nouveau cadre d’égalité des genres dans un discours très savant –trop savant– que ces femmes ne parviennent pas à vulgariser. Regard critique sur “l’effet à double tranchant” des revendications de genre qui pourraient occulter d’autres questions majeures comme la discrimination.

Converti(e)s avant-gardistes
Entretien avec Ndeye Andujàr
L’association Junta Islámica Catalana considère que la déconstruction des clichés et stéréotypes à l'égard de l'islam est nécessaire, tant au sein de la communauté musulmane qu'à l'extérieur de celle-ci. C'est entre autres pour répondre à ce double objectif que ses militants ont organisé à Barcelone deux congrès en 2005 et 2006 sur le thème du “féminisme islamique”. Point de départ de la lutte en faveur d'une égalité de genre, et plus particulièrement contre les interprétations homophobes et machistes des textes sacrés.
Féminisme d’un nouveau genre
Entretien avec Malika Hamidi
En Belgique, le concept de féminisme musulman tarde à trouver ses adeptes. Quelques interventions polémiques dans des débats ont conféré à Malika Hamidi le titre de chef de fille de ce féminisme d’un nouveau genre. Elle s’en accommode et privilégie le travail de terrain pour convaincre du bien-fondé d’un mouvement qui devrait modifier le rôle de la femme dans l’islam.
Le choc de l’ouverture
Jamila Zekhnini
A priori, les revendications féministes d’égalité de genre dans un cadre islamique sont “à des années lumières” des préoccupationsdes femmes issues de l’immigration à Barcelone. Pas plus proches d’ailleurs de celles des associations de terrain censées répondre à des besoins de première ligne comme l'apprentissage de l'espagnol ou du catalan. À y regarder de plus près, ce n'est pas si sûr. Une question de porte d'entrée et de stratégie peut-être ?
Pré-texte
Catherine Laviolette
Cet article porte sur le processus de construction identitaire de femmes d’origine marocaine engagées dans l’association l’Arabesque, espace physique et social destiné à l’éducation permanente et à l’engagement militant. Il comporte autant de logiques et de langages que de femmes qui s’y investissent. Les parcours biographiques sont alors autant de pistes heuristiques pour comprendre la construction identitaire, intersection entre les champs qui façonnent ces femmes: la maternité et la vie de famille, le travail salarié et l’engagement social.
Cinquante morchidates
Souad Eddouada
En réaction à la montée d’un islam radical, le Roi du Maroc veut impliquer davantage les femmes dans le champ religieux: “Nous tenons à voir des femmes versées en sciences religieuses siéger dans ces Conseils [des oulémas ou théologiens], et ce par souci d'équité à leur égard et d'égalité entre l'homme et la femme.”
Mosquée d’un jour, mosquée toujours
Entretien avec Myriam Sahraoui
À Amsterdam, dans le cadre du projet Zina, le centre culturel De Balie s’est transformé, le temps d’une journée, en mosquée pour femmes. De quelle étoffe est fait le discours d’une imame? Probablement d’une vision de l’islam selon les femmes, mais pas sans les hommes. L’initiative Vrouwenmoskee [mosquée pour femmes] a dans tous les cas produit son effet, et c’était bel et bien le but.
débutprécédent12suivant fin