fil rss

Mars 2009 | n° 271
Fracture scolaire

L’école comme ascenseur social, le jeune n’y croit plus trop puisque l’institution reproduit en son sein, et accentue parfois, les inégalités sociales. Alors, que faire pour rendre confiance à tous les élèves, sans discrimination, pour les motiver, les aider à s’épanouir, dans une ambiance où beaucoup d’enseignants, d’élèves et de parents sont frustrés et malheureux? Soyons optimistes: l’école doit se construire comme lieu de socialisation et doit viser l’excellence collective. Collective!


Sommaire
[Édito] Fracture scolaire
Nathalie Caprioli

Je ne suis pas prête d’oublier une de mes premières interviews d’un brillant expert en pédagogie de l’Université de Liège, Gilbert de Landtsheer. C’était il y a presque vingt ans. À un moment où les profs martelaient une fois de plus le pavé des rues pour une meilleure reconnaissance de leur travail. De Landtsheer, qui commentait ces tumultes, avait lancé en substance: “Si les parents savaient ce qui se passe dans les écoles, ils seraient tous dans la rue aux côtés des enseignants!”. Il ne dénonçait pas seulement l’humidité dans les classes, ni les atlas périmés, mais surtout les piètres résultats de l’instruction publique. Vingt ans plus tard…

La dualisation des résultats scolaires à Bruxelles
Donat Carlier

“Quelques statistiques sur le décrochage scolaire à Bruxelles “… Telle est la demande, apparemment simple, adressée par l’Agenda interculturel à la Commission consultative Formation Emploi Enseignement (CCFEE) pour introduire ce dossier. Or cette demande pose doublement question sur les contours de son objet et sur la manière de le mesurer.

Reconnaître l’inégalité des besoins
Altay Manço

Il est courant d’entendre, dans les pays qui reçoivent des migrants de manière relativement massive, que “les enfants d’immigrés et ceux des minorités culturelles abaissent le niveau des écoles”. Comment dépasser ces stéréotypes à l’égard des élèves issus de l’immigration et de leur famille?[1]

Régulation des inscriptions et réalité bruxelloise
Bernard Delvaux

Par rapport aux autres espaces locaux de la Communauté française, Bruxelles présente plusieurs traits spécifiques: ségrégation résidentielle, offre scolaire duale, pression de la demande sur les écoles réputées, présence de trois systèmes d’enseignement sur un même territoire. Ces traits, et les tensions qui en découlent, ont été révélés au grand jour par les récents décrets “inscription” et “mixité sociale”. Quelles politiques développer dans un tel contexte?

Décret lotto: moins de perdants
Véronique Marissal, Chantal Massaer, Eric Bruggeman

Entretien

Mercredi 14 janvier 2009, 500 parents inquiets et en colère battent le pavé devant le cabinet du ministre de l’Enseignement de la Communauté française, à l’appel de l’asbl ELEVeS et du collectif décret lotto[1]. Tous unis dans un bel élan contre le tant honni décret mixité, aussi rebaptisé décret lotto, réglementant les inscriptions en première année de l’enseignement secondaire. Tous? Non, un petit cercle d’irréductibles “idéologues socialisants” s’est glissé au milieu des manifestants pour y court-circuiter les propos majoritaires et brandir des slogans détournés et parodiques.

Pédagogie interculturelle, alternative à la ségrégation
Nicolas Dittmar

L’éducation interculturelle représente un champ éducatif et pédagogique innovateur, et a pour but de faciliter l’intégration scolaire des enfants issus de l’immigration. Si elle se présente en ce sens comme vecteur de chances éducatives, son objectif est néanmoins de s’adresser à tous les élèves: il s’agit au fond de valoriser les apprentissages socioculturels dans le curriculum officiel.

Des rapports scolaires aux rapports ethniques
Audrey Heine

L’école, lieu d’égalité théorique, semble en pratique de plus en plus favoriser la montée des inégalités. L’hétérogénéité des publics et les échecs scolaires accentuent “la tendance de plus en plus forte de l’école à transformer des rapports sociaux et scolaires en rapports ethniques”[1]. Ainsi, les difficultés scolaires rencontrées par les jeunes sont fréquemment interprétées en termes de problèmes culturels. Mais la différence culturelle joue-t-elle vraiment un rôle dans l’échec scolaire?

Des politiques compensatoires en réponse à la dualisation?
Marc Demeuse, Céline Demierbe, Nathanaël Friant

Lorsque le politique a reconnu que l’équation “un enfant = un enfant” ne reflétait pas vraiment la réalité, il a alloué des moyens pour “garantir à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale”. Mais quel bilan tirer des politiques de financement de l’enseignement qui se sont succédées en Belgique?

L’école fait son cinéma
Massimo Bortolini

Le cinéma comme représentation du réel, rêvé, fantasmé ou objectivé, nous a semblé intéressant à questionner pour voir comment il parle de l’école et de ses acteurs. Cet article ne se veut pas exhaustif. Son objectif est de voir comment le cinéma, à travers une dizaine de fictions (de 1949 à 2007), présente et représente l’école, les problèmes qu’elle vit et subit.