fil rss

Type
 
Catégorie > Formation
Il suffisait d’un signe…
mis en ligne le 2014-04-08
D’une petite étincelle… mais pas n’importe quelle étincelle : celle qui qui a éveillé le feu qui nous  anime depuis deux ans pour faire vivre le Collectif d’Agents de Développement et de Médiation Interculturelle : le CADMI.
 
Nous sommes un Collectif animé par un feu commun, né de l’allumage de nombreux foyers. Que cache cette métaphore ? Une nouvelle idéologie ? Une nouvelle doctrine ? Non, mais bien une formation de qualité basée d’un processus de conscientisation. Cette formation est donnée par le Centre Bruxellois d’Action Interculturelle (CBAI) et permet d’obtenir une double certification : le brevet d’Agent de Développement et de Médiation Interculturelle (ADMI) et le Brevet d’Aptitude à la Gestion d’Institution Culturelle (le BAGIC certifié par la Fédération Wallonie-Bruxelles). Plus de 250 acteurs sociaux ont ainsi été formés en près de vingt ans. Certains d’entre eux, issus de cette formation, se sont rassemblés pour constituer le Collectif d’Agents de Développement et de Médiation Interculturelle.
 
Cette formation a été suivie par des travailleurs sociaux déjà actifs, ou en devenir, poussés par une motivation commune : être en phase avec le travail social à Bruxelles. Car à Bruxelles, la multiculturalité est un fait. L’histoire, le développement industriel et économique sont à l’origine de la diversité culturelle de la population bruxelloise. Nous pourrions faire l’analyse de la situation bruxelloise, des questionnements et des positionnements politiques, associatifs et autres… La voie de notre Collectif est fondée sur des constats, portés par des acteurs sociaux expérimentés qui s’appuient s’appuient sur le terrain et sur la réalité vécue, par les professionnels aussi bien que par leurs différents publics.
 
Quelle est notre réalité vécue ? Nous constatons au quotidien que le "vivre ensemble" n’est pas une situation qui se met en place de manière naturelle. A Bruxelles, comme ailleurs, le lien social est fragilisé, non seulement parce qu’il a été déconstruit par les avancées dusystème néolibéral, mais également parce que "vivre ensemble" dans un environnement multiculturel de fait ne se transforme pas spontanément en relations interculturelles constructives. "Vivre ensemble" demande une réflexion, une démarche, une action et parfois même un combat.
 
C’est pourquoi notre Collectif des Agents de Développement et de Médiation Interculturelle, en complémentarité avec les actions du CBAI, veut mettre ses compétences à disposition de la ville et de ses citoyens : ce sont des compétences de terrain, de réflexion, d’action, de dialogue et de négociation… et de valorisation de la démarche interculturelle comme un outil rassembleur, solidaire, qui s’appuie sur les démarches d’éducation permanente, qui permet la rencontre constructive, sans assimilation à sens unique, dans un processus d’apprentissage citoyen réciproque.
 
Tels des veilleurs sociaux, notre objectif, toute modestie entendue, est d’influer sur le débat interculturel, pour promouvoir l’émergence  d’une citoyenneté nouvelle, interculturelle, basée sur le respect et la reconnaissance mutuels. Le processus que notre groupe envisage met en oeuvre des thématiques tangibles qui allient l’expertise des travailleurs de terrain à l’analyse plus académique de leur réseau d’experts et à la mise en commun avec d’autres acteurs/experts de terrain. Nous souhaitons diffuser ces analyses vers l’extérieur, tel un message politique, à l’intention des publics les plus larges et diversifiés.
 
Plusieurs actions ont été menées sur cette première année d’existence. La première action s’est axée sur la rencontre interculturelle, travaillée de manière conviviale, via un espace de rencontres où se jouent des mises en situation et des exercices favorisant la démarche interculturelle. La deuxième action répond à une demande de plus en plus croissante des travailleurs sociaux, celle de se questionner sur sa propre pratique pour l’améliorer. C’est de cette manière que le CADMI, en collaboration avec le CBAI, a proposé aux psychomotriciens de l’école Belge Aucouturier un colloque et 6 séances thématiques abordant la démarche interculturelle. Une troisième action s’est développée sous forme de soutien à un groupe de citoyennes actives à Bruxelles : le FBI (Fibres Bruxelloises Interactives) qui rassemble des citoyennes musulmanes désireuses de s’investir dans les dimensions sociales, culturelles et politiques de la vie bruxelloise.
 
Notre collectif est à l’écoute des réalités et des besoins rencontrés. Chaque projet est étudié, soutenu et valorisé collectivement. Même si la situation actuelle à Bruxelles ne nous rend pas la tâche aisée, l’étincelle qui nous a rassemblés grâce à un simple appel au "collectif" devient petit à petit un foyer autour duquel nous pouvons nous concerter et construire des actions communes. Car la démarche interculturelle, rappelons-le, ne consiste pas à faire l’éloge de la différence des ethnies, cela serait trop simpliste. Elle propose de travailler les identités et les relations de genres ou de générations, le handicap, les systèmes familiaux, les normes, les valeurs et les solidarités, aussi bien que les modèles de développement, tant au niveau local bruxellois que global et planétaire… Notre démarche met l’accent sur ce qui, à la fois, nous unit et en même temps nous distingue. Cela nous positionne en tant qu’individus et citoyens dans un collectif, pour une démocratie à laquelle nous voulons participer activement afin de changer les rapports sociaux vers plus de solidarité et plus d’égalité, vers un monde plus juste pour chacun. 
 
Mélody Nenzi est un membre du Collectif d’Agents de Développement et de Médiation Interculturelle (CADMI)