fil rss

Catégorie ► Racisme/xénophobie
Coexist, une pédagogie contre le racisme et l’antisémitisme
Déconstruire les stéréotypes
Joëlle Bordet et Judith Cohen-Solal
Cahiers de l’Action 19/2008, Marly-le-Roi, INJEP, 104 p.
Coexist est une immersion dans un programme d’intervention contre le racisme et l’antisémitisme en milieu scolaire. C’est aussi l’histoire d’une collaboration originale entre l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) et les Clubs Convergences, qui fédèrent des Français issus de l’immigration maghrébine et africaine, autour d’une volonté partagée de déconstruire les stéréotypes là où s’exercent les apprentissages communs: l’école. Objet tabou? Réalité fantasmée ou au contraire omniprésente? Le racisme tend aujourd’hui être occulté par la lutte contre les discriminations, portée par les dispositifs de politique publique. Si les deux réalités peuvent se croiser, elles ne sauraient être réduites l’une à l’autre. Ce programme vise à lutter contre le racisme par une pédagogie de transformation des stigmates. Cette traversée du stigmate, en passant de la violence au conflit, nécessite de se confronter à ses émotions et de pouvoir les mettre en lien avec des connaissances construites psychologiques, sociales, politiques, démographiques.
 
Les espaces éducatifs contribuent alors à la lutte contre les violences immédiates, à créer des modes de rapports plus conflictualisés où le langage trouve toute sa place. Transformer le langage des jeunes et des adultes au stigmate suppose d’identifier les situations porteuses de violences, de rejets de l’autre et de refaire langage à ce propos. La pédagogie définit dans ce programme une fonction de médiation et permet de créer un espace transitionnel. Le choix de la démarche Coexist est de ne pas effacer les communautés et leurs particularités mais de les identifier dans leur pluralité afin de les réarticuler les unes avec les autres. Ainsi chaque individu confronté aux questions de l’identité, de l’exclusion, la sienne et celle de l’autre, pourra investir son identité nationale. Il s’agit ici d’éviter les explications / définitions communes, convenues, qui viendraient masquer toute problématique. En effet, le module est conçu pour tenter de bousculer une posture éventuelle “politiquement correcte qui relèverait de la “bonne conduite” à tenir face au racisme et à l’antisémitisme. Ainsi, il est important que le médiateur soit le garant d’une parole ouverte qui ne s’inscrit pas dans le jugement et ne dissimule pas les préjugés mais au contraire les met en avant pour mieux les identifier et donc les combattre