fil rss

Catégorie ► Culture en immigration
La diaspora post coloniale en France : différence et diversité
Carmen Husti-Laboye
Limoges, PULIM, 2009, 272 p.
À partir des années 1980, la présence d’écrivains d’origine africaine sur la scène culturelle française, écrivains vivant en France, commence à attirer l’attention de la critique qui identifie une nouvelle manière d’écrire et de penser, commune à une génération littéraire. Ayant en commun une même situation sociogéographique et une même condition existentielle (ils ont tous quitté leur pays d’origine pour vivre en exil), ces écrivains inaugurent une écriture romanesque caractérisée par l’apparition de nouvelles thématiques, notamment celle de l’exil. C’est cette émergence d’une nouvelle écriture romanesque qui constitue l’objet de ce livre. En s’attaquant aux visions "légitimes" du monde, ces écrivains proposent une nouvelle manière de concevoir la création artistique, le monde et l’individu dans le monde, en tant que repère et fondement de la réalité.
 
L’auteure se focalise sur quatre écrivains : Kossi Efoui (Togo), Calixthe Beyala (Cameroun), Sami Tchak (Togo) et Fatou Diome (Sénégal). Leur vision du monde permet d’entrevoir les éléments d’une démarche créative et existentielle commune : tous les quatre construisent leurs romans autour de l’individu fictionnel, seuil et fondement du monde. Êtres pris entre plusieurs univers sociaux et culturels, l’Afrique et la France, le monde collectif et le monde de l’individu, leurs personnages entreprennent des voyages symboliques ou réels à la recherche des fondements de leur appartenance. Posant la problématique de l’immigration et de l’exil intérieur, volontaire ou forcé, ces romans construisent des individualités qui s’engagent dans des rapports toujours conflictuels avec l’altérité sociale, psychologique ou culturelle, interrogeant ainsi les fondements de la construction des discours et des visions du monde.