fil rss

Catégorie ► Racisme/xénophobie
La part de l’étranger-e: travail et racisme
Hélène Yvonne Meynaud
Lormond, Le Bord de l’Eau, 2010, 289 p.
Cet ouvrage analyse la position sociale de l’autre dans le travail car elle est révélatrice de la structure de la société. Que l’étranger soit désormais un problème posé en termes économiques, comme un élément flexible du marché du travail est le signe d’une objectivation croissante. En d’autres termes, un étranger n’est-il acceptable que s’il est riche ou rentable?
 
De la technique statistique du comptage ethno-racial aux discriminations, en passant par les politiques de diversité, les bricolages sont légion pour masquer les inégalités, subordonner, sous-payer, retenir, expulser. L’accès à l’univers du travail représente un défi majeur pour nos sociétés. Avoir un emploi correctement rémunéré est une nécessité pour la dignité de la personne. Tout se passe comme si les politiques de diversité étaient mobilisées pour (re)dorer l’image des entreprises et des gouvernements, saupoudrant par-ci, noircissant par-là, remplaçant l’exigence de promotion des femmes par celle des “divers”.
 
Pourtant, nous pouvons agir contre cette situation. Ce livre veut restaurer la part de l’étranger-e ou de celui ou celle considérée comme telle, dans son droit au travail, son droit au débat et à une juste rétribution du travail, car c’est là que se joue la possibilité de prendre part à la société, et l’avenir de la démocratie. Ceci contre les tendances actuelles à prôner l’uniformisation des références dominantes, la suprématie du seul fonctionnement gestionnaire et comptable, comme s’il n’existait plus d’autres critères philosophiques que ces rapports de domination iniques et cependant devenus normaux et incontournables.