A leurs corps défendant

Un documentaire radiophonique

Vivre sans papiers, c’est toujours risquer d’être arrêté·e, enfermé·e, expulsé·e du territoire où l’on cherche l’hospitalité. Trois personnes désignées comme « illégales », à un moment de leur parcours, témoignent de leur vie emmurée par l’Europe.

 

Souhail, Rabia et Mado racontent la violence des politiques migratoires belges. L’un, depuis l’intérieur du centre fermé, évoque les violences physiques et psychologiques; l’autre, depuis l’extérieur, relate l’angoisse du risque quotidien de l’arrestation; et enfin, la dernière, suite à sa « libération », raconte la peur, la colère et l’espoir. Comme un appel à la liberté, À leurs corps défendant met en lumière la réalité meurtrière des centres fermés et la nécessité d’y mettre un terme.

Extrait du livret d'accompagnement

 

FAIRE HISTOIRE SONORE

 

Les récits de Souhail, Mado et Rabia s’inscrivent dans une histoire collective. À travers leurs récits, c’est le sort au quotidien de milliers de personnes et la mémoire des opprimé·es aux diverses frontières, que nous évoquons. Et nous voulions rendre audible ce passage de l’individu au collectif pris au piège d’un racisme structurel. Le jeu de miroir entre ces histoires individuelles et l’histoire collective nous rappelle comment ces innombrables vies opprimées nous concernent. Car, nous, jouissant des privilèges des citoyen·ennes européen·ennes, héritons également de cette histoire.

 

Dans ce cadre, nous avons choisi de faire dialoguer ces trois récits avec des, archives médiatiques sonores qui témoignent du discours dominant actuel. Ces archives racontent l’Europe des frontières et la déshumanisation des personnes non-européennes qui s’y opère. Elles simplifient la vision du réel, fabriquent l’image du « Nous » et du « Eux », construisent la figure du « terroriste » et, par là, renforcent des sentiments d’appartenance et a fortiori d’exclusion.

 

Ce discours dominant assigne les personnes étrangères à des positions de subalternité à l’intérieur de toute une série d’institutions de notre société. Il les criminalise également en les renvoyant dans ces zones de non-droit que sont les centres fermés.Petit à petit, par un travail de montage de ces différentes archives, nous avons voulu faire surgir les témoignages des personnes enfermées, leur faire dominer le discours médiatique et les réintroduire dans une histoire qui les reconnaît comme sujet politique.

 

Dans notre montage, nous avons travaillé un chemin narratif partant d’une approche globale induite par le système de gestion des frontières par Frontex, pour ensuite resserrer notre regard sur la clef de voûte du contrôle des « flux migratoires » en Belgique que sont les centres fermés. Une parole officielle que nous avons choisie et montée de manière à ce que les mots du pouvoir disparaissent progressivement dans le documentaire, enfouis sous les récits des personnes exilées.

 

Anaïs Carton et Pauline Fonsny


Voir le livret