La formation citoyenne du parcours d’accueil

Etude de cas

Nous avons consacré nos deux précédents rapports de recherche à l’accompagnement social et à la formation linguistique dans le cadre du parcours d’accueil. Cette année, c’est sur la formation citoyenne que nous avons porté notre attention. Il s’agit d’une thématique centrale qui interroge directement les conceptions des opérateurs, le sens donné par les différents acteurs concernés aux formations, à la notion de citoyenneté et, de manière plus large, au parcours d’accueil et à l’accueil des migrants à Bruxelles.

 

Ce rapport prend la forme d’une étude de cas focalisée sur un des bureaux d’accueil du parcours francophone bruxellois. Pour cette étude de cas, nous avons employé principalement une méthode qualitative basée sur des entretiens et de l’observation participante. Nous avons
alimenté ce rapport par l’analyse de documentation tels que les textes législatifs, les déroulés de formation du BAPA, etc.


Ainsi, nous partons du cadre législatif, en passant par les débats parlementaires et le contexte politique et médiatique au moment de la mise en place du parcours d’accueil pour déceler la manière dont les formations citoyennes ont été pensées. Nous nous intéressons ensuite à la façon dont elles ont été mises en œuvre dans le bureau d’accueil étudié. À travers ce rapport, nous avons souhaité également donner la voix au public concerné, en incluant ses attentes vis à vis de cette formation. De la sorte, il nous a été possible d’articuler ces différentes catégories de points de vue — celle du politique, celle du bureau d’accueil et celle des personnes primo-arrivantes — et de voir dans quelle mesure ces formations répondent aux besoins du public et traduisent les conceptions qu’ont les différents acteurs de la citoyenneté, de l’accueil, voire de l’intégration.