Dalva

Blues des déserts urbains

DALVA, c’est une musique qui tangue entre blues racine et noise urbain, transe des déserts et rage d’outre-classe. DALVA chante les libertés enchaînées d’une voix de louve, compose avec une guitare onirique et rageuse au bord du larsen. Portée par une batterie, une basse et un saxophone, DALVA soufflera le fil de ces rails qui nous tissent entourée d’invités d’exception à l’harmonica, au tama et à la musique électronique.

Rail est le premier album de DALVA, un voyage entre blues racine et rock urbain, transe des déserts et noise hypnotique.

 

“Tout démarre dans la moiteur profonde d’un Bayou envouté. La slide guitare glisse et nous entraîne avec elle vers un blues éternel. Le second morceau nous rappelle que cette musique peut aussi être torturée et battue au fer blanc à grand coup de riffs gras. Bref, Dalva déroule et libère les chaînes. Derrière ce projet se cache Camille Weale (auteur et chant) et Marolito (compositeur, guitariste et arrangeur ). Si d’autres musiciens interviennent, ce sont bien ces deux là qui imposent le tempo. Un tempo qui dépasse le blues en allant chercher des sonorités africaines et donner libre court à de longs solos de sax, voire une noise décomplexée dès qu’on parle solo de 6 cordes. On se croyait en terrain connu… Mais non ! Dalva s’éloigne peu à peu de ses racines noires pour taquiner des ambiances urbaines langoureuses. On parle alors pop et on tutoie Elliott Smith. Aucun doute : « Rail » est du bel ouvrage.  Une nouvelle fois.”

Hervé Devallan (Rock Made in France)

 

 

En amont du concert

En première partie, une déambulation poétique sur la créolisation avec Milady Renoir et Modou, de la Voix des sans-papiers (VSP Bruxelles).

Projection du webdocumentaire Dremmwel, réalisation de Pierre Vanneste : un portrait des pêcheurs, ouvriers de la mer, dépendants d’une industrie gourmande, de Lorient aux côtes Sénégalaises.