Lisette Lombé

La vie, la poésie

Lisette Lombé a une expérience longue de dix ans en tant qu’enseignante, formatrice et animatrice d’ateliers. Artiste pluridisciplinaire (auteure, slameuse, plasticienne), elle reçoit le prix Paroles Urbaines en 2015. Fondatrice du collectif “L-Slam”, qui encourage le marrainage artistique, Lisette est devenue incontournable dans son combat pour plus d’égalité: poétesse afroféministe, ses combats s’articulent autour de la place des femmes dans la société, la lutte contre le racisme et les discriminations, grâce aux rimes et aux rythmes qui foisonnent dans son imaginaire. Défenderesse des minorités, semeuse de graines, Lisette Lombé s’interroge ici sur son rôle en tant qu’artiste, face aux incohérences du monde. Elle questionne notamment le rapport au corps des femmes, leur place dans la société et la reconnaissance de leur parole.

 

Cette capsule a été réalisée suite à une soirée “Slam et femmes” à l’Espace Magh. Lisette Lombé se trouve être à l’intersection de l’afroféminisme, du militantisme, de la poésie, de la politique, et de l’éducation permanente. A travers son art engagé, elle interroge les grands enjeux de l’interculturel aujourd’hui.

L’intention du CBAI

Cette série de capsules – vidéos pour la plupart – s’intitule “Monde en scène”, se référant à un projet précédent mené par le CBAI. A l’époque, ce projet proposait une forme de laboratoire musical, public et nomade, afin de promouvoir de nouvelles pratiques artistiques, de confronter les expériences et de stimuler des rencontres inattendues. Aujourd’hui, le CBAI continue de faire le même constat: la production artistique bruxelloise est riche de diversité, de métissage et de singularité.

 

Les artistes de cette série sont identifiés avec des critères bien précis: ceux qui éduquent. Ceux qui dénoncent les déséquilibres sociaux, ceux qui s’engagent dans la vie et dans l’histoire. Voix des sans-voix, porte-paroles, militants, ces artistes luttent contre l’uniformisation des informations et des discours, incarnent une prise de position libre et exploite une position transversale dans la société. Ils étonnent, dérangent et interpellent. La transmission de leur message n’est ni filtrée, ni masquée, ni corrompue. Leur art échappe au contrôle et c’est là que réside l’intérêt de valoriser cette frange de citoyens. La résistance est un atout qui engage pleinement l’artiste dans sa citoyenneté.

 

A travers une série de portraits, d’entretiens et d’extraits de spectacle, de concerts ou d’ateliers, cette série témoigne de la diversité des parcours et des engagements, évoquent des musiques et des paroles qui circulent et connectent des hommes, des univers, des histoires; elle dit les différentes formes de métissages qui sont autant de chemins vers l’autre.


Dans la même série