Manza

Passeur d’expression

Abdeslam El Manzah, activiste dans le monde du rap depuis 1998, est plus connu sur les scènes hip hop bruxelloises sous le nom de Manza. Actif depuis plus de 20 ans sur la scène Hip Hop Bruxelloise, il reste un de ses pionniers. Cet ancien stagiaire en formation au CBAI le dit lui-même: “La vie à Bruxelles est une source d’inspiration unique tellement dans il y a des communautés, des langues, des accents, des quartiers…Il y a tant à créer, ça colle à la peau de mes vers, les urgences font qu’en tant qu’artiste bruxellois, je réagis à ce qu’il se passe, c’est même une mission de citoyenneté pour moi, poser des rappels là où l’on sème l’oubli des voix silencieuses… Bruxelles a besoin de ses artistes pour créer des alternatives à l’innommable et contrer le désespoir par des créations et actions concrètes qui ouvrent des voies aux sans voix… Parler de Bruxelles en déconstruisant les clichés faciles, d’un mal, même atroce, en ressortir plus vivant et humaniste!

 

Cette capsule a été réalisée dans le cadre de l’exposition Yo – Brussels, Hip hop, Generations. Né dans les rues de New York dans les années 70, le hip-hop s’est imposé dans le monde entier comme la tendance dominante dans la culture urbaine et des jeunes. Différentes générations de jeunes Bruxellois se sont engagés dans ce mouvement hétéroclite et l’ont alimenté à leur manière. Le hip-hop a continué d’évoluer de manière constante à travers ses quatre formes de prédilection : la danse, le graffiti, le DJing et le rap. Dans le cadre de MIXITY.brussels 2017, toute une série d’ateliers, de performances, de battles et de rencontres ont été organisés. Le CBAI et Manza ont également participé à ce programme urbain pour tout Bruxelles, en collaboration avec des maisons de jeunes et des centres de quartier.

 

  • ASBL Dispositif Relais
  • A travers les Arts !
  • Bozar – Yo !

Quelques clés de compréhension

  • La musique et le hip hop en particulier, comme opportunité de collaborations inattendues (Exemples: Julos Beaucarne, Benoît Poelvoorde, Maurane, etc.)
  • La démarche de transmission associée à la mission d’éducateur
  • Le hip hop, lieu de rencontre avec toutes les classes sociales (Exemples: atelier de slam dans une maison de repos ou IPPJ)
  • Le slam comme outil d’expression et de découverte de soi
  • Les ateliers d’écriture, un outil pour partager, sortir de la crise et ouvrir un débat
  • Les ateliers, un lieu d’expression, de (re)construction de la confiance en soi et en les autres, non jugeant, non compétitif : réapprentissage du partage et du lâcher prise et de la remise en question
  • Comment se représenter à travers un texte ? Comment faire des duos ? Des trios ?
  • Se présenter, se tenir droit, respirer, s’écouter

L'intention du CBAI

Cette série de capsules – vidéos pour la plupart – s’intitule “Monde en scène”, se référant à un projet précédent mené par le CBAI. A l’époque, ce projet proposait une forme de laboratoire musical, public et nomade, afin de promouvoir de nouvelles pratiques artistiques, de confronter les expériences et de stimuler des rencontres inattendues. Aujourd’hui, le CBAI continue de faire le même constat: la production artistique bruxelloise est riche de diversité, de métissage et de singularité.

 

Les artistes de cette série sont identifiés avec des critères bien précis: ceux qui éduquent. Ceux qui dénoncent les déséquilibres sociaux, ceux qui s’engagent dans la vie et dans l’histoire. Voix des sans-voix, porte-paroles, militants, ces artistes luttent contre l’uniformisation des informations et des discours, incarnent une prise de position libre et exploite une position transversale dans la société. Ils étonnent, dérangent et interpellent. La transmission de leur message n’est ni filtrée, ni masquée, ni corrompue. Leur art échappe au contrôle et c’est là que réside l’intérêt de valoriser cette frange de citoyens. La résistance est un atout qui engage pleinement l’artiste dans sa citoyenneté.

 

A travers une série de portraits, d’entretiens et d’extraits de spectacle, de concerts ou d’ateliers, cette série témoigne de la diversité des parcours et des engagements, évoquent des musiques et des paroles qui circulent et connectent des hommes, des univers, des histoires; elle dit les différentes formes de métissages qui sont autant de chemins vers l’autre.


Dans la même série